Archives des expositions


Dialogues

Acquisitions récentes d'œuvres d'Allan Harding MacKay, Jinny Yu et d'autres en dialogue avec des œuvres qui se trouvaient déjà dans la collection.


Cette exposition est basée sur l'idée voulant que les œuvres d'art soient créées à partir d'une conversation, qu'elles soient non seulement une discussion continue avec d'autres œuvres, mais qu'elles renferment elles-mêmes des dialogues. Cette ligne de pensée est en contradiction avec l'image conventionnelle voulant que la création soit issue de l'isolement et de intériorité et que l'œuvre d'art offre un message unifié et harmonieux. Pour donner suite à l'idée de « sujet de conversation », nous avons jumelé certaines acquisitions récentes à d'autres moins récentes pour créer et mettre à jour une variété de nouveaux échanges visuels et de nouvelles rencontres au sein des œuvres et entre les œuvres. Plutôt que de présenter les œuvres d'art dans un cadre chronologique ou thématique, nous les avons juxtaposées de manière à laisser entendre des relations - qu'il s'agisse d'affinités ou de tensions - entre les divisions temporelles, matérielles, spatiales et stylistiques.

Plusieurs des œuvres incluses dans Dialogues incorporent des conversations internes allant des déplacements entre l'image, l'objet et l'idée chez John Greer et Jocelyn Alloucherie à la juxtaposition de l'histoire matérielle et du cycle narratif du Projet Tiepolo de Jinny Yu dans lequel peinture figurative et abstraction entament une conversation sur les 22 panneaux d'aluminium basés sur une murale de Tiepolo. Les deux panneaux de Claude Tousignant,Ultra Cadmium, illustrent une réduction à la bifurcation la plus fondamentale, basée sur une pure relation optique entre les couleurs. J'ai vaincu et j'ai pleuré par tous les temps de William Kurelek nous rappelle la dépendance de l'œuvre en conversation avec un autre acteur, le spectateur; deux acteurs différents, ne connaissant pas l'existence de l'autre, font l'expérience d'un phénomène tout-à-fait différemment. Seul le spectateur est conscient des deux positions.

Dialogues met l'accent sur une multiplicité de regroupements suggestifs qui visent à élargir définitions et interprétations. La relation entre les démarches se manifeste de façons fort différentes dans les études d'anatomie de Robert Harris et les « croquis » architecturaux de métal de Steve Higgins. Les œuvres de Micah Lexier, Shirley Wiitasalo et Jack Sures témoignent d'une variété d'approches à l'idée de l'art en tant que signe communicatif.
L'œuvre d'art visuel possède comme caractéristique singulière le fait de pouvoir présenter diverses réalités simultanément et de se proposer comme lieu d'échange. Entrée du port, Halifax, de George Thresher illustre la rencontre entre deux mondes forts différents au début du XIXe siècle, dans la cas présent, un camp mi'kmaq et une colonie anglaise et, entre les deux, des voiliers. À côté de cette peinture se trouve une installation vidéo de John Boehme qui juxtapose performance et emplacement, mouvement et terrain. Ce que l'on considère habituellement comme étant statique est explicitement mis à jour comme étant sans cesse en mouvement par le dialogue. Dans trois conversations (entre l'eau libre et un terrain de golf; entre la vie nomade et sédentaire; entre le contemporain et l'historique), l'artiste nous montre que même l'état du sol ferme sous nos pieds dépend du dialogue.

-Kevin Rice et Pan Wendt, conservateurs
3 octobre 2015 - 15 mai 2016


Jinny Yu, Projet Tiepolo, (détail), 2010, huile sur aluminium, 163,8 x 1341,1 cm. Don de l'artiste, 2011