Archives des expositions


De constructeur de maison à architecte - Charles B. Chappell de Charlottetown

Le nom de Chappell est associé à plus d’édifices de Charlottetown que tout autre architecte de l’histoire de la ville. Il a contribué à définir l’apparence de la capitale par ses contributions de styles variés de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle dont son impressionnante conception romanesque de 1888 pour l’hôtel de ville.


C'est vers la fin du 19e siècle que la profession d'architecte a vu le jour à l'Île-du-Prince-Édouard. La plupart des édifices privés et bon nombre des structures publiques étaient dessinés par des hommes qui avaient de l'expérience en tant que constructeurs. L'un d'eux, Charles Benjamin Chappell, a laissé sa marque à Charlottetown et la ville lui doit plus de cent édifices. Chappell a étudié auprès de Lemuel Phillips, dont il est devenu le partenaire, et, alors qu'il avait 30 ans, on lui devait déjà plus de 30 édifices dont plusieurs ont contribué à définir le paysage urbain victorien en face de la place Queen. En 1888, le succès de ce partenariat a mené à la construction de l'hôtel de ville de Charlottetown de style néo-roman qui est probablement sa structure la plus remarquable. Contrairement à son contemporain et concurrent, William Critchlow Harris, Chappell ne s'est pas créé de style architectural distinct. Ses conceptions vont du vernaculaire au roman, du Queen Anne au bungalow, réagissant habilement aux fluctuations de la mode architecturale et aux caprices de ses clients. Ses créations sont dignes de mention non seulement pour leurs dessins, mais aussi pour la variété des structures. Il mettait sa planche à dessin au service de clients souhaitant de modestes immeubles doubles tout comme à l'élite de la ville qui voulait des maisons ornées. Bien que Chappell ait dessiné une foule de résidences, il a aussi accepté des contrats de conception d'écoles, d'hôpitaux, de marchés, d'églises, de magasins, de stations de chemin de fer, d'entrepôts, d'usines et de théâtres. Chappell a travaillé seul de 1895 à 1915, soit au moment où il a invité l'architecte écossais John Marshall Hunter à se joindre à son cabinet, associations qui s'est poursuivie jusqu'à la mort de Chappell en 1931.

Bien qu'il ait surtout travaillé à Charlottetown, ses créations se retrouvent partout à l'Île et dans toutes les Maritimes, tout particulièrement à Sydney, au Cap Breton, ville qui était en plein essor dans les années 1900.
Chappell et ses partenaires qui ont travaillé dans la ville pendant cinquante ont laissé un héritage souvent méconnu. Une douzaine des bâtiments situés en face de la place Queen ont été créés par Chappell comme c'est le cas de maisons unifamiliales ou de duplex situés partout dans la ville, tout particulièrement dans les quartiers qui se sont développés entre 1890 et 1920 comme celui de Brighton et la rue Upper Prince. Ses édifices publics ont connu un moins bon sort comme ce fut le cas pour le Collège Prince of Wales, The Opera House, la salle Heartz de l'église Trinity et l'Exhibition Building et le Grandstand qui ont été détruit par des incendies. Les structures qui existent encore de nos jours comme l'église presbytérienne Zion, la salle paroissiale de l'église anglicane St. Paul's, l'ancien hôpital Prince Edward Island sur le chemin Kensington, plusieurs des magasins de Victoria Row et des foules de résidences privées attestent cependant du fait que Charles B. Chappell a dessiné plus d'édifices de Charlottetown que tout autre architecte de l'histoire de la ville et a contribué à définir l'apparence de la capitale.

Harry Holman, conservateur 

De constructeur de maison à architecte - Charles B. Chappell de Charlottetown est commandité par la Ville de Charlottetown.


23 janvier 2016 - 1 mai 2016
A.W. Mitchell, Magasin Sentner and MacLeod, rue Queen (édifice Beer), v. 1895, épreuve numérique sur papier
Courtoisie du Bureau des archives et des documents publics de l'Î.-P.-É. Acc3466.72.66.18.6