Archives des expositions


« Vivre légèrement sur terre » : La construction de l’arche de l’Île-du-Prince-Édouard, 1974-1976

Cette exposition porte sur l'histoire de l'Arche et sa vision architecturale d'une vie vécue en collaboration avec la nature.


L'Arche, exploration initiale combinant l'énergie solaire et éolienne, la biologie et l'architecture pour le bien de l'humanité.
- Inauguration de l'Arche, septembre 1976 En 1974, les gouvernements provincial et fédéral invitent le New Alchemy Institute, dont le siège se trouve à Cape Cod, à construire à l'Île-du-Prince-Édouard un exemple d'un « nouvel engagement à vivre légèrement sur la Terre ». L'Arche de l'Île-du-Prince-Édouard, fruit de ce projet et conçue en partenariat avec Solsearch Architects, est une « biohabitation » novatrice qui offre un milieu de vie autosuffisant pour une famille de quatre personnes, subvient à leurs besoins en nourriture, en énergie et en gestion des déchets, et permet l'établissement d'une nouvelle relation symbiotique entre ses habitants et l'écosystème de leur maison.

L'Arche est remarquable par la collaboration créative dont elle témoigne entre la culture officielle, les cultures locales et la contre-culture. Les New Alchemists se sont inspirés de nombreuses années d'expériences concrètes à leur ferme de Cape Cod (Massachusetts) - un nœud dans un réseau informel d'explorations autour du monde de la « technologie appropriée » et d'autres modes de vie. Solsearch Architects contribue une vision spatiale de synthèse à l'assemblage de techniques et d'écosystèmes. Le financement de l'Arche et le soutien technique sont fournis par le ministère fédéral des Affaires urbaines et le Centre de spéculation sur les perspectives d'avenir d'Environnement Canada. L'Île-du-Prince-Édouard fournit le site à Spry Point et offre un environnement stratégique hospitalier par son engagement à suivre d'autres voies de développement et sa vision à petite échelle; la réalisation de l'Arche inspire la création de l'Institute for Man and Resources de l'Île pour faciliter la transition vers une « société anti-consommation ».

Les concepteurs de l'Arche déploient de nombreuses technologies alors expérimentales, qui demeurent aujourd'hui des emblèmes de la conception durable : chauffage solaire et stockage de la chaleur dans la masse thermique, poêle à bois à haut rendement, toilettes à compost et aérogénérateur pour l'électricité. L'Arche incarne des approches en design explorées dans de nombreuses expériences en construction environnementale à l'époque, notamment l'orientation solaire passive, des murs et un toit très bien isolés, ainsi que la réduction de la surface et des bords extérieurs. Ce qui distingue l'Arche des autres projets d'architecture durable des années 1970 et d'aujourd'hui, c'est l'engagement à transformer le mode de vie que permet la construction, par l'intégration de la production alimentaire dans une serre agri-aquicole à l'énergie solaire passive et par l'engagement direct des habitants à subvenir à leurs besoins. En permettant une relation de collaboration entre l'humanité et la nature, l'Arche prend appui sur les expériences radicales de vie de la contre-culture des années 1970, ainsi que sur les méthodes scientifiques rationnelles. Les New Alchemists espèrent que des constructions comme l'Arche, intégrées aux systèmes vivants et dépendantes d'eux, enseigneront le fonctionnement du monde. Leurs habitants pourront probablement devenir de meilleurs intendants de la Terre.

Un large éventail de la société se réunit à Spry Point à l'automne 1976 pour l'inauguration de l'Arche, notamment le premier ministre du Canada, Pierre Trudeau, le premier ministre de l'Î. P. É., Alex Campbell, le compilateur du Whole Earth Catalog, Stewart Brand, des centaines de personnes issues de communautés de la contre-culture alors croissantes à l'Î.-P.-É., ainsi que des collectivités traditionnelles avoisinantes. Au fil des années suivantes, des milliers de gens visiteront l'Arche - touristes et résidents locaux, étudiants en architecture et défenseurs des technologies appropriées - attirés par la vision de l'Arche axée sur une belle collaboration significative de l'humanité avec la nature. De nombreux projets seront réalisés sur le modèle de divers aspects de l'approche utilisée pour l'Arche. Quinze après sa démolition, l'Arche demeure pour bien des gens une pierre de touche, le souvenir d'une vision d'un avenir durable et meilleur.

Quatre décennies plus tard, l'humanité se trouve devant nombre des défis environnementaux en fonction desquels l'Arche a été conçue, mais les problèmes sont plus urgents; la capacité d'agir individuellement et collectivement pour s'y attaquer est réduite et on s'attend à une diminution du mode de vie et des possibilités humaines. L'Arche offre une approche différente devant la perspective d'un avenir difficile : un sentiment d'espoir critique, l'incarnation de l'aventure et des possibilités, ainsi qu'une collaboration créative entre la science et la société, de même qu'entre les gouvernements, les communautés et les personnes. L'histoire de l'Arche de l'Île-du-Prince-Édouard est celle d'une aventure irrésistible non (encore) commencée, dont nous pouvons tirer des leçons et nous inspirer pour relever les défis environnementaux d'aujourd'hui.

Pour plus d'information sur l'Arche, vous pouvez visiter les sites suivants : http://peiark.com;
http://www.theglobeandmail.com/arts/art-and-architecture/museums-look-to-canadas-past-in-hopes-of-a-greener-architecturalfuture/article33422858/;
https://www.canadianarchitect.com/architecture/ark-for-prince-edward-island/1003735501/

Commanditaire principal : Veresen/PEI Energy Systems | Autre commanditaire : Architects Association of Prince Edward Island

 




22 octobre 2016 - 30 avril 2017