Archives des expositions


Regard oblique : Peintures post-1970

Peintures choisies parmi la collection et qui portent sur les gestes expansifs et l’optique de la peinture moderne en tant que système de signes réutilisés, réordonnés et traités avec ironie.


Dès 1970, la peinture avait été relevée de ses fonctions de technique dominante des arts visuels. Les artistes ont expérimenté, dans les années 1960, de nombreuses techniques nouvelles ainsi que de nouvelles façons de concevoir une œuvre d'art. La peinture, tout particulièrement la peinture abstraite, n'occupait plus l'avant-scène. Libérés de la quête de la pureté picturale, les peintres ont néanmoins continué d'explorer cette technique tout en y intégrant ce qu'ils avaient tiré des pratiques et préoccupations nouvelles qui avaient suivi les beaux jours du Modernisme. Si la peinture demeure perpétuellement « en doute », elle n'en prospère pas moins, continuant de retenir notre attention, servant de voie à l'invention et à l'expérimentation.

Regard oblique illustre cette transition sur le terrain, telle qu'elle s'est déroulée au Canada. Abstraction, forme, geste, couleur, caractéristiques physiques des matériaux utilisés - tous continuent de préoccuper les peintres. Ces éléments ne représentent cependant plus d'une part une distillation totale de la technique dans une langue privée d'expression de soi ou, d'autre part, une réduction à l'optique pure. Au contraire, les peintres ont maintenant tendance à traiter de telles obsessions en tant qu'ingrédients, composantes d'un inventaire de signes et de procédures communs, qu'il faut parfois parodier, ou encore utilisés de manière inattendue ou tout simplement pour le simple plaisir de le faire.

-Pan Wendt, conservateur

1 octobre 2016 - 22 janvier 2017