Archives des expositions


Catherine Miller : Environs changeants

Dans Environs changeants, l'artiste Catherine Miller présente les fruits de ses recherches sur les pressions entrelacées et souvent contradictoires sur le paysage, l'aménagement des terres, la protection de l'environnement et les changements climatiques.


Environs changeants, l'artiste Catherine Miller présente les fruits de ses recherches sur les pressions entrelacées et souvent contradictoires sur le paysage, l'aménagement des terres, la protection de l'environnement et les changements climatiques. Tout un défi. Compte tenu du débat polarisé autour des systèmes environnementaux et économiques, Miller a créé des images accessibles pour combler les lacunes de la conversation sur le changement climatique à l'Î.-P.-É. Miller se fie clairement à la nature expressive et réconfortante des tissus et fait appel aux techniques traditionnelles de la courtepointe, du tissage et de la couture comme point de départ de ses œuvres. Son engagement de longue date avec la pratique artisanale ainsi que son intérêt pour la recherche sur le changement climatique lui donnent un riche vocabulaire pour créer des œuvres pertinentes et engagées sur le plan social - des œuvres d'art qui établissent un lien clair entre changement climatique et culture.

L'œuvre de Miller représente une contribution bien tangible aux discussions et aux consultations actuelles sur la durabilité. Le gouvernement de l'Î.-P.-É. a récemment publié Planning for a Sustainable Future qui aidera le Conseil consultatif sur l'environnement à promouvoir un dialogue sur le développement d'une nouvelle stratégie de développement durable pour la province. Cette initiative découle du document De nouvelles bases - rapport de la Commission pour l'aménagement du territoire et pour la gouvernance locale, 2009 qui décrit la durabilité comme étant un des neuf éléments clés du nouveau cadre d'aménagement des terres de la province. On a annoncé récemment la création d'un groupe de travail sur les politiques en matière d'aménagement des terres et récemment nommé un commissaire à la révision de la Lands Protection Act. On s'intéresse manifestement au sujet.

Certaines des œuvres de Miller sont très claires (il n'y a aucun doute quant au sujet de ces images qui marient eau potable tirée du sol rouge, terrains de golf verts, pelouses immaculées et jardin bien entretenu). Maison abandonnée, 2012, entièrement faite de fil présente l'image éthérée de la façade d'une maison de bardeaux suspendue, telle un filet de pêche mis à sécher.

Vague, 2011, est constitué d'une variété de napperons de dentelles et de reproductions de billets de 20 $ qui sont posés, telle une mare, sur le plancher du musée. L'utilisation que Miller fait de ces napperons, objets de famille démodés, se veut un appel en vue de solutions créatives à long terme plutôt que de coûteuses solutions de fortune. Élévation du niveau de la mer, 2010, se compose d'une série de six murales tissées qui illustrent les effets du l'élévation du niveau de la mer sur l'île (les îles). La masse terrestre, représentée au moyen de clous forgés à la main tissés dans le coton, a été colorée par la rouille et le tissu et les clous ont ensuite été « peints » au plâtre.

Les intérêts de Miller illustrent la gamme des questions environnementales au cœur des rapports sur l'aménagement et la protection des terres à l'Î.-P.-É. Les œuvres sont fondées sur des discussions sur la science du changement climatique; on peut aussi les envisager dans le contexte des projets d'art contemporains plus vastes tels ceux de l'artiste britannique David Buckland qui a entrepris le projet Cape Farewell en 2001 en vue d'inciter une réponse culturelle au changement climatique. Buckland a réuni des artistes, des scientifiques et des communicateurs pour stimuler la création d'œuvres d'art basées sur la recherche scientifique. Plus près de nous, Catherine Miller a démontré que nous pouvons bénéficier de la créativité dans une réponse résiliente au changement climatique : une conversation à la fois, un point à la fois.




2 février 2013 - 2 juin 2013