Archives des expositions


Robyn Moody : Puissance 2, Heart Lake vu par Manley Natland

Cette sculpture cinétique de cet artiste albertain est posée sur le sol et se compose de centaines de miroirs montés sur des engrenages qui tournent. Elle fait référence au paysage et à sa relation avec l'homme et les systèmes naturels.


La sculpture cinétique de Robyn Moody qui a pour titre Puissance 2 : Heart Lake vu par Manley Natland existe dans une sublime atmosphère lugubre, à la fois séduisante et menaçante. Modèle à l'échelle du lac éponyme menacé par le développement des sables bitumineux du nord de l'Alberta, la pièce « commence » lorsque le détecteur de mouvement placé à l'entrée de la salle est déclenché. Ces centaines de tout petits engrenages surmontés de miroirs en angle commencent à tourner, créant un grondement, un cliquetis, un ronronnement, augmentant et diminuant de vitesse de manière apparemment organique, créant un bruit qui ressemble à de la pluie qui tombe sur un toit métallique ou à l'eau qui coule dans un ruisseau caillouteux. Ce bruit remplit la salle et la lumière réfléchie sur les miroirs brille sur la surface de l'œuvre, comme un coucher de soleil sur les vagues d'un lac. Les minuscules miroirs créent un effet de gonflement et de dégonflement et, comme les têtes mécaniques entrent dans notre champ de vision et le quittent en tournant, l'effet est apaisant, voire même hypnotique et étrangement artificiel et menaçant. L'horizontalité étendue de l'œuvre laisse entendre un phénomène malthusien qui prend de l'ampleur - de petites têtes qui rappellent des insectes ou des robots qui roulent sur la surface, comme une vague ou une lisse nappe de pétrole qui remplit toutes les pores et fissures de la terre. Et l'atmosphère apocalyptique, cauchemardesque de l'œuvre est rehaussée par sa présentation théâtrale dans une salle sombre.

L'œuvre, en cartographiant la forme du lac Heart, fait explicitement référence à un endroit réel, lourd de sa position à la limite de phénomène controversé et grandissant qu'est le développement des sables bitumineux en Alberta, la province natale de Moody. Son titre fait également référence à Manley Natland, un pionnier du développement de la technologie des sables bitumineux, un visionnaire qui considérait principalement la nature comme était une réserve inépuisable d'énergie. Moody réinterprète cette vision en tant qu'écologie inversée, un système de folie hors contrôle qui se perpétue. Faisant plein usage de la puissance rhétorique de l'installation - la création d'un environnement qui enveloppe le spectateur et s'étend dans tous les recoins d'un espace - l'effet sensuel de la pièce est encore plus convainquant que ses référents. L'œuvre séduit et attire le spectateur dans une contemplation des choses qui semblent situées hors de notre contrôle, qu'il s'agisse des rouages de la nature ou de l'interminable quête de la maîtrise du monde, quête qui semble tout autant nous maîtriser. Heart Lake n'est après tout que le simple sous-titre de l'œuvre, Puissance en est le titre.

6 avril 2013 - 4 août 2013


Puissance 2 : Heart Lake vu par Manley Natland, (détail), 2009, plastique, moteurs, miroirs, MDF, 520 x 285 cm.