Archives des expositions


Philip Delisle : Fragmentum Opus

Les œuvres les plus récentes du peintre ontarien portent sur la présentation en musée de chefs-d'œuvre en Europe.


L'œuvre de Philip Delisle explore la démarche de la peinture. Cet énoncé pourrait s'appliquer à de nombreux peintres contemporains et historiques. La démarche du peintre a été un sujet omniprésent quoique sans cesse changeant de la technique, qu'elle cherche à attirer l'attention sur la matérialité de la peinture et de la toile, sur l'activité du peintre, que cette activité soit intellectuelle, psychologique ou physique ou sur l'identité de l'artiste. Cependant, avec la série Fragmentum Opus, la démarche semble d'abord et avant tout faire référence à la position mobile et de plus en plus fragmentée de la peinture dans un vaste réseau de distribution et d'échange.

Faisant suite à une série d'œuvres couronnées de succès créées durant ses études de maîtrise en beaux-arts à l'Université NSCAD, œuvres qui exploraient le mouvement entre le studio (action et pensée concentrées individuellement), exposition (présentation, arrangement, visionnement) et discours (les œuvres s'accompagnaient d'un livre comportant des théories fictives sur les peintures), Philip Delisle a, avec cette nouvelle série, rendu le réseau de connexions avec le passé de cette technique visible.

Ce qui est dans ces peintures se trouve dans tous les endroits va la peinture, dans qui la voit et de quoi elle semble être faite, dans une relation stratifiée. Chaque couche possède sa propre texture et consistance - certaines sont des ouvertures qui semblent dévoiler une autre dimension, certaines extraient leur contenu, certaines dissimulent d'autres royaumes. En prenant pour sujet principal les grands musées et les grandes œuvres du passé, cette superposition en couches enjouée acquiert des connotations temporelles. Au sein de cette structure, même les chefs-d'œuvre les plus solidement établis ne sont pas immunisés contre la condition la plus contemporaine du transport et de la traduction sans fin.

Fragmentum Opus représente une version actuelle du Grand Tour des 17e, 18e et 19e siècles, alors que les jeunes gens de milieux aisés acquéraient de la maturité culturelle en étant exposés aux monuments historiques et aux grandes œuvres de l'Europe. Lauréat du prix Joseph Plaskett, Delisle a visité bon nombre des principales collections d'art du vieux continent, allant du Kunsthistorisches Museum de Vienne au Louvre de Paris. Les peintures qui ont découlé de ces voyages portent principalement sur les espaces, l'encadrement, les tons et nuances des murs ainsi que sur les autres touristes qui servent d'intermédiaire à l'expérience contemporaine de l'histoire de l'art.

Delisle dissout le défi de ce qu'il appelle le Magnum Opus (le grand œuvre et toutes les conditions qui déterminent son identité en tant que telle) dans une palette de couleur restreinte et artificielle qui rappelle la peinture de bâtiment industrielle même si elle reflète les couleurs de l'architecture muséale, le grain de panneaux de bois ou l'or fané des cadres du 19e siècle. S'attaquant à certaines des plus célèbres œuvres d'art sur l'art, même sur la toile de Vermeer pompeusement titrée L'art de la peinture, ses œuvres analysent les conditions stratifiées réelles de la technique telle qu'on la vit et la met en circulation aujourd'hui, créant des trous dans les ombres d'un lourd passé et remettant en place les idées du présent.

-Pan Wendt, conservateur

8 juin 2013 - 22 septembre 2013


Kunsthistorisches Wien, (détail), 2013, acrylique sur toile. Courtoisie de l'artist.