Archives des expositions


Arthur Heming : Chroniqueur du Nord


De par le monde, l'artiste et écrivain Arthur Henry Howard Heming (1870-1940) était reconnu comme étant le « chroniqueur du Nord » en raison de ses spectaculaires descriptions des terres sauvages du Canada. Au sommet de sa carrière, il était l'un des artistes les plus bien connus au Canada, célébré aussi aux États-Unis et en Europe. Son œuvre en était venue à symboliser le Canada aux yeux de millions. Né en 1870 à Paris, en Ontario, Heming et sa famille déménagent quelques ans plus tard dans la ville voisine de Hamilton. Délaissant vite l'école pour chercher du travail, Heming excelle dans les arts comme dans les sports et, l'esprit aventureux, il entreprend à l'âge de seize ans des voyages en pleine nature. Sa force physique et ses prouesses artistiques lui permettent éventuellement de gagner sa vie et de se tailler une réputation. Son œuvre et ses histoires ont contribué à la naissance d'une nouvelle vision de l'identité canadienne basée sur les régions sauvages du Nord.

Durant son adolescence, Heming suit des cours du soir à la Hamilton Art School où il devient éventuellement instructeur. À ce titre, le jeune homme enseigne l'art à de nombreux artistes, entre autres à un immigrant britannique tout-juste arrivé : J.E.H. MacDonald, qui sera un des fondateurs du Groupe des Sept. En 1890, ses dessins commencent à paraître dans des revues de New York et il renonce à l'enseignement pour s'établir comme illustrateur. Dans les années qui suivent, son imagerie paraît dans de nombreuses publications et journaux au Canada, aux États-Unis, en Angleterre et en Europe occidentale.

Vers la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècle, il n'est pas rare que les artistes canadiens étudient et travaillent à l'étranger. Heming suit la même voie. Après étudié auprès de l'artiste Frank Vincent DuMond (1865-1951) à New York, il se rend en 1904 à Londres, en Angleterre, pour y suivre les cours de Frank Brangwyn (1867-1956). Au début des années 1900, et ce pendant plusieurs années, Heming fréquente une colonie d'artistes réputés à Old Lyme, un foyer artistique inspiré de l'École de Barbizon et de l'impressionnisme. Une bonne partie des connaissances sur cette partie de l'histoire américaine nous provient des écrits de Heming.

Heming se voit invité à participer régulièrement à des expositions que présentent des galeries d'art et il remporte son plus grand succès en 1934 dans une exposition solo à Londres. Ses dessins et ses tableaux servent pourtant des fins artistiques d'illustration, un choix qui lui apporte un public bien plus large et plus constant. Les descriptions qu'il nous a laissées de la vie dans des contrées éloignées ont été qualifiées de « faits fictionnalisés » ou de « fantaisies factuelles ». Si les images produites au début de sa carrière sont réalistes et narratives, les œuvres qui ont le plus retenu l'attention sont celles où il a représenté notamment, dans une ambiance presque surréaliste, des ours « volants », des cervidés et des canots qui surgissent parmi des monticules de neige à l'aspect aussi incongru. Les thèmes et l'approche qu'il avait adoptés différaient foncièrement de la démarche des membres du Groupe des Sept, un groupe de peintres dont le travail allait déterminer la définition même de l'art canadien durant plusieurs décennies.

À l'instar de ces contemporains, Heming a offert une image idéalisée du Canada, transformé en Éden enneigé, même si son coin de paradis fortement enjolivé par une foule de détails est dépeint comme un lieu dominé par l'effort et la mort. Heming y a puisé l'inspiration pour trois livres, Spirit Lake, The Drama of the Forests et The Living Forest, et les innombrables récits d'autres auteurs que Heming illustrait pour divers magazines et livres. Jeunes et moins jeunes dévoraient ces livres ainsi que les romans et articles qu'il illustrait pour d'autres auteurs. Ces publications ont contribué à lancer un genre d'aventure canadien qui allait prospérer plus tard sous la plume d'écrivains comme Farley Mowat. Heming a été encensé et influent de son vivant, mais son œuvre est tombée dans l'oubli après sa mort. Aujourd'hui, Heming reste un personnage culte, tant pour les historiens et les amateurs d'art et de plein air. Son œuvre demeure un point de référence qui permet de comprendre la puissance sociale des arts visuels et la formation d'une identité nationale héroïque.

Cassandra Getty
Commissaire de l'exposition


1 février 2014 - 13 avril 2014