Archives des expositions


Le Pop venu du froid

Œuvres choisis parmi la collection qui font appel à des éléments de la culture visuelle de masse, souvent avec une note nettement canadienne.


Aux yeux de nombreux artistes canadiens, leur engagement envers la culture populaire leur a permis d'explorer les relations du Canada avec ses voisins du Sud. Les œuvres présentées dans Le Pop venu du froid, œuvres qui sont tirées de la collection permanente du Musée d'art du Centre de la Confédération, illustrent la façon dont les artistes canadiens ont réagi, souvent de manière ambivalente, à la montée de la culture pop américaine et au phénomène de l'art pop. Bien qu'il ait en réalité vu le jour à la fin des années 1950 en Angleterre, on associe généralement l'art pop au début des années 1960 aux États-Unis. Ceci est en partie attribuable au fait que les artistes pop les plus populaires étaient américains (Andy Warhol, Roy Lichtenstein et James Rosenquist pour ne nommer que ceux-ci); c'est aussi dû au fait que a culture de masse américaine de l'après-guerre était le principal sujet de la culture pop. Quelle que soit leur position vis-à-vis la Chevy 57, Marilyn Monroe, Elvis ou le CocaCola, les artistes pop reconnaissaient que le monde se composait de plus en plus de ces genres de produits, publicité et imagerie médiatique et que s'ils voulaient représenter la réalité contemporaine ou y réagir correctement, ils devaient travailler sur la scène de la culture populaire. C'est pourquoi les éléments clés de cette imagerie ont été incorporés dans l'art contemporain. L'art pop se caractérisait par un intérêt pour la reproduction mécanique, la nature éphémère, l'attrait pour le grand public, la circulation d'images par le biais des médias, les combines, le kitsch, l'affichage, la valorisation de la marque, la jetabilité, la notoriété - toutes ces choses que nous tenons maintenant pour acquises dans notre environnement quotidien, mais qui avaient jusqu'alors été exclus du royaume de l'Art.

Les réponses à cette culture de masse présentées dans Le Pop venu du froid vont des explorations de ce que l'on pourrait qualifier de paysage pop (Erica Rutherford, David Thauberger, Karl MacKeeman), de transformation de la fusion entre l'identité et le commerce (K.C. Adams, Luc Charette) ainsi que de recherches sur l'état de la paternité des œuvres et sur celui de l'artisanat en cette ère de fabrication en série (Armand Vaillancourt, Colleen Wolstenholme, Clint Neufeld). Le Musée d'art du Centre de la Confédération a été fondé en 1964, à l'apogée du mouvement original du pop art. On pourrait voir la création du Centre des arts de la Confédération lui-même comme étant une réponse de la nation à l'attrait et à la menace exercés par la culture de masse américaine de l'époque. Cinquante ans plus tard, les questions qui ont inspiré les premiers artistes pop subsistent encore comme le prouve l'omniprésence continue des méthodes et du langage visuel pop.

Pan Wendt, conservateur 

25 janvier 2014 - 1 juin 2014


Colleen Wolstenholme, Broderie Xanax, 1995, tapisserie, 35,5 x 22,4 cm