z
   
gallery_news

Nouvelles du Musée


Tenez-vous au courant des dernières nouvelles au sujet du Musée d'art du Centre de la Confédération. Soyez le premier à savoir quelles expositions seront présentées.

 

Voir plus de communiqués



Gardiens de la lumière – Une célébration de l’histoire locale

21 octobre 2011

Imaginez payer moins cher pour votre envolée en échange d'un service comme aider à charger les bagages ou à faire le plein avant le décollage. Invraisemblable, n'est-ce pas?

Cependant, pendant près d'un siècle, ce genre d'échange se faisait réellement lorsqu'on voyageait en bateau à glace.

« Les passagers avaient le choix entre deux tarifs. Ils pouvaient payer le plein tarif qui était, je crois, 3 $, et leur permettait de rester assis dans le bateau. Ou ils pouvaient être des ‘passagers attelés', ce qui signifiait que lorsqu'il fallait traverser les glace, vous aidiez à transporter le bateau - le tarif était alors de 2 $, » explique Boyde Beck.

Beck est le conservateur de la nouvelle exposition que présente le Musée d'art du Centre de la Confédération, Gardiens de la lumière : la dangereuse côte de la douce île.

« Je ne souviens m'être tenu à la proue du premier Abegweit dans les années 1970. On pouvait voir la glace fendre devant nos yeux quand on traversait. C'était très amusant, » dit-il.

De nos jours, si on veut voir l'Abegweit, il faut se rendre à Chicago où il sert de pavillon pour le Columbia Yacht Club. Mais si vous ne pouvez pas aller à Chicago, vous pouvez cependant malgré tout être de la fête et célébrer les voyages sur l'eau en partance et en direction de l'Île-du-Prince-Édouard en visitant l'exposition Gardiens de la lumière en montre jusqu'au 11 mars.

Vous y verrez de reconstitutions de navires et de phares anciens, d'authentiques cartes postales datant d'aussi loin que de 1908, ainsi que du matériel qui se trouvait à bord du premier brise-glace et que l'on a conservé.

« Ceci fait partie de l'histoire qui fait de vous des Insulaires. C'est votre histoire, commencez à l'explorer, » termine Beck.

Image: Boyde Beck devant les portes du salon du Abegweit II. Photo : Megan Coady.